Menu

ADAM

Soyons directs : c’est un film de femmes à destination des femmes. Les hommes n’y sont qu’invités et n’ont pas le beau rôle : mettre enceinte une jeune fille n’a jamais constitué un titre de gloire ; dans la société marocaine, encore aujourd’hui, c’est condamner la fille-mère et son enfant à naître à une situation impossible.

Une veuve et sa petite fille vivent de la vente de pâtisseries maison dans la medina de Casablanca. Arrive une jeune femme enceinte qui cherche un endroit pour dormir. La veuve l’accueille. La future mère mettra-t-elle à exécution son projet d’abandon de l’enfant à la naissance ou pas ? Compte tenu des contraintes sociétales le suspense est malheureusement mince…

MaryamTouzani, née en 1980 à Tanger,réalise ici son premier long métrage. Elle avait préalablement tourné dans « Razzia » et réalisé divers court-métrages. Ses actrices sont parfaites et le film est bien dirigé. On y apprend  comment faire les « rziza» qui, apparemment, ne sont bonnes que faites à la main. Comme le disait Marcel Amont à « Julie » : « Faites de l’aquarelle, faîtes de la dentelle, de la tapisserie, de la pâtisserie, mais n’allez pas courir, courir le guilledou avant de prendre époux… »

Didier Grandcolas     Février 2020

A

Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales