Menu

SORRY WE MISSED YOU

Ken Loach est, comme chacun le sait depuis le temps, un cinéaste à fleur de peau que les situations sociales désespérées nées d’un capitalisme libéral sans frein ni limites poussent hors de ses gongs.

Il s’attaque ici au véritable esclavage que vivent les livreurs soumis à un rythme de travail inhumain par des organisations sans foi ni loi puisqu’ils sont tous « travailleurs indépendants » responsables, soi-disant, de tout. Au final, endettés jusqu’au cou, totalement absents de chez eux, sans vie familiale, ils vivent une vie de galérien dont on connaît la fin.

Kris Hitchen, ancien plombier, trouve ici son premier rôle, de même que Debbie Honeywood, ancienne assistante scolaire. Ils sont formidables de vérité, de même d’ailleurs que leurs enfants et le boss, Ross Brewster, contraint par le système à être une brute totale.

Il est à parier que vous changerez d’attitude envers les livreurs après avoir vu le film car il est impossible de rester indifférent. Quelle société léguons-nous à nos enfants et petits-enfants ? Comment pouvons-nous accepter ça ? Ken Loach n’a évidemment rien obtenu à Cannes. Gageons que l’industrie de l’image est elle-même trop engagée dans cet univers où les forts écrasent impunément les faibles.

Attention, c’est de l’alcool fort !

Didier Grandcolas Novembre 2019

A

Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales