Menu

AU NOM DE LA TERRE

Oui, il s’agit de la vie des paysans ; oui, c’est une histoire vraie et triste, évidemment ; non vous n’allez pas vous embêter ; et, oui, ce film vous  mettra en face de notre lâcheté.
Le réalisateur, Edouard Bergeon, fils et petit-fils de paysans,  raconte la vie de sa famille. Guillaume Canet est saisissant de vérité à toutes les étapes de sa vie ; Veerle Baevens qui joue sa femme est épatante ainsi que le grand-père, Rufus, et tous les autres acteurs.

Le fond du problème est connu : des prix de vente des produits en baisse régulière quand tout augmente ; l’impasse financière, l’engrenage des emprunts, la course au gigantisme, le stress permanent et croissant, l’absence de vrai dialogue communautaire dans ce monde éparpillé et secret jusqu’à ce qu’on ne trouve plus d’issue, jusqu’à ce que le suicide apparaisse comme la seule solution. Il y a actuellement un suicide par jour dans le monde paysan français. Que faisons-nous, que disons-nous, que font nos élus, les syndicats, les banques, les associations ? Beaucoup, sans doute, et pourtant, à l’évidence, pas assez.

Ce film qui crie la vérité sera vite insupportable et ne restera sans doute pas longtemps à l’écran…

Didier Grandcolas         Septembre 2019

A

Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales